Extrait

Genèse du film

Pascal Jacob a été aidé et conseillé par Mme Marie-Arlette Carlotti, alors ministre déléguée aux Personnes Handicapées et à la Lutte contre l’Exclusion et son équipe, dès le mois de mai 2013, pour réaliser ce film dans le cadre de la Conférence Nationale du Handicap (CNH)  et en parallèle de la saisine du premier ministre Mr Jean-Marc Ayrault auprès du Conseil économique, social et de l’environnement (CESE) sur la société accueillante et accompagnante, qui a donné lieu à une audition publique, et à un rapport dirigé par Mme Christel Prado conseillée aux CESE et Présidente de l’UNAPEI.

Forts de l’expérience de l’association, Pascal Jacob, Adrien Jousserandot et Nelson Castro ont déjà réalisé deux films dans le cadre de la mission de l’accès aux soins et à la santé des personnes handicapées. L’association Handidactique a souhaité confier la production de ce nouveau film à l’association l’Oreille à Plumes, qui dispose dans ses statuts de la possibilité de produire des films.

Comprendre le film

« Il faut construire le pardon qui élève les âmes et fait disparaître les peurs. »
— Nelson Mandela

Parce que nous avons découvert au cours de nos derniers travaux sur le handicap qu’il pouvait faire peur et était mis au ban de la société.
Parce qu’en parlant avec tout le monde, on s’aperçoit que la personne handicapée n’est pas la seule à pouvoir faire peur.

Parce qu’en rencontrant les uns et les autres, nous percevons beaucoup de gêne, de malaise, de non-communication, de peur de personnes très différentes et plus ou moins présentes dans la vie quotidienne.

Le film est composé de trois parties :

Une première partie est la rencontre des personnes avec la peur, et les préjugés qui l’ont créée. Découvrir les différences dans notre monde humain est parfois source de gêne, d’incompréhension, de préjugés, de compassion, de peur. La peur amène la peur par notre construction sociétale. En effet, nos enfants n’ont pas peur de la personne différente, mais petit à petit, et avec ce qu’ils entendent un peu partout, s’installent les préjugés, la peur et même parfois le refus.

La deuxième partie est une sorte de carrefour de ceux qui font peur et qui nous montre comment se construisent les préjugés par des regards, des découvertes, des rencontres, de la gêne de ne pas être comme les autres. Là, chaque monde de différence montre comment peut se construire le rejet, la mise à l’écart, l’impossibilité de vivre ensemble, simplement parce qu’on ne le veut plus ; par confort, par tradition, par manque tout simplement de courage pour apprendre et connaître l’autre différent même si l’on ne se reconnait pas dans les yeux des autres.

La troisième partie est la sensibilisation de chacun et la motivation par des situations exemplaires de pouvoir vivre ensemble avec bien peu de choses pour changer notre société. Cette dernière peut s’enrichir de la différence et ainsi constituer une collectivité imaginative, innovatrice, active, ou tous et chacun a sa place comme citoyen à part entière.

Apparaissent dans ce film notamment Mr Boutros Boutros-Ghali, Secrétaire Général de l’ONU (1992/1996) et Mr Roger Salbreux, inventeur des CAMSP (Centres d’action médico-sociale précoce).

Des acteurs professionnels ont joué les saynètes qui illustrent et appuient les témoignages.
Tous les autres personnages du film sont bénévoles et particulièrement impliqués dans cette lutte contre la différence et l’indifférence.

Nous voulons que ce film ait un rôle pédagogique dans les écoles et dans les entreprises pour construire une réflexion sur la différence.
Nous donnerons la parole aux citoyens qui nous éclaireront sur les angoisses et préjugés que nous pouvons avoir face à la différence.

Ce qu’ils en disent

« Merci pour ce beau travail « N’ayez pas peur ».
Ce film me parle pour différentes raisons :
– Il invite à nommer nos peurs individuelles et collectives face à la fragilité, au handicap, à la différence.
– Il nous propose une « porte d’entrée » pour pouvoir les travailler, les dépasser afin de se rencontrer.
– Il témoigne de cet « art de vivre ensemble » enraciné dans une relation d’amitié à laquelle nous invite toute personne fragilisée par le handicap.
Merci à chacun de ceux qui ont témoignés dans ce beau film. »

— Laurent de Cherisey, directeur Général de la Fédération Simon de Cyrène

« N’ayez pas peur de visionner et de faire partager ce film ! Il est important, dans le contexte actuel, de disposer d’outils pédagogiques prônant le « vivre-ensemble ». L’EHESP, grâce à cette production, dispose d’un outil de qualité pour décloisonner, pour croiser les regards, pour appréhender les différences, pour prendre soin des personnes vulnérables.
Merci à Pascal Jacob et son équipe. »

— Laurent Chambaud, directeur de l’EHESP

« Ce film n’avait jamais été fait. Il mérite d’être vu par tout le monde, et particulièrement dans toutes les écoles. »
— Boutros Boutros-Ghali, secrétaire général de l’ONU 1992 – 1997

« « N’ayez pas peur » dévoile avec justesse le fondement du rejet de la différence : la méconnaissance. La stigmatisation ne vise pas que les personnes en situation de handicap et leur entourage, mais tous ceux qui ne sont pas « comme les autres », ne correspondent pas à certains modèles ou certaines normes.
Chacun de nous peut reconnaître, humblement, avoir un jour marqué l’écart vis-à-vis d’un autre dans lequel il ne se reconnaissait pas. L’acceptation des différences ne s’impose pas. Elle suppose que nous agissions dans notre quotidien. La grande force du film de Pascal Jacob n’est pas de dénoncer, de condamner, mais bien d’affirmer que ce pouvoir, nous l’avons tous et nous le partageons. »

— Alain Rochon, président de l’APF

« N’ayez pas peur des autres, n’ajoutez pas à leur handicap celui du regard. Excellent support, superbe film. Bravo Pascal. »
— Axel Kahn, médecin, essayiste humaniste, ancien chercheur en génétique et président de l’Université Paris Descartes

« Cher Pascal,
J’ai visionné votre film pendant la période des fetes et l’ai trouvé remarquable : positif, pédagogique et très agréable à regarder ! Je n’ai pas vu l’heure s’écouler. Un grand bravo ou, comme disent les jeunes : respect ! »

— Laurent Chambaud, président de l’EHESP

« Intense et pertinent, ce film nous apporte, avec toute sa sensibilité, une vision apaisée de la différence, celle qui nous enrichit les uns des autres, nous permet d’abandonner nos peurs au profit de l’envie faire connaissance avec celui qui ne me ressemble pas… »
— Catherine Restouex, vice présidente de l’ADAPEI de la Corrèze

« Encore mille bravos pour ce film absolument remarquable. J’ai apprécié la qualité des échanges qui ont suivi la projection. »
— Martin Hirsch, directeur général, Assistance Publique des Hôpitaux de Paris

« C’est un témoignage et un plaidoyer d’une grande qualité. Il donne beaucoup de clés pour comprendre la peur face au handicap ; il laisse la place à l’émotion avec pudeur. Il y est surtout question d’hommes et de femmes, de vie, d’amour, au-delà du handicap.
Ce film va contribuer sans aucun doute à la lutte contre les discriminations et à la promotion de la diversité. »

— Eric Molinié, conseiller du président et directeur adjoint de la Direction du Développement Durable, groupe EDF

« C’est un film vrai et sincère, direct comme un coup de poing, mais sans pathos. Son témoignage rejoint, au plus intime, les joies et blessures de ceux qui vivent les situations de handicap. Il interpelle le spectateur droit dans les yeux, avec l’amicale anxiété de celui qui attend une réponse et qui en espère tout : oui, la vie ensemble est le seul projet qui vaille, et c’est elle qui a du goût. »
— Denis Piveteau, ancien directeur général de la CNSA

« On parle souvent des personnes handicapées mais sans les laisser s’exprimer elles-mêmes. C’est une bonne surprise de voir une démarche qui va dans le sens d’une distribution équitable de la parole. »
— Sophie Cachoux, psychologue en EHPAD

« Quand on parle de peur, de quoi a-t-on peur ? Pour travailler sur les peurs, c’est important d’identifier leurs causes profondes. Plusieurs choses sont à creuser en ce sens. »
— Docteur Maillot, médecin en pôle handicap

« Après des siècles de regards cruels, compatissants ou curieux, sur le handicap, on entend ici la parole de celles et de ceux qui vivent avec un handicap. Ils nous regardent et nous demandent tout simplement : de quoi avez-vous peur ? De l’émotion surmontée et de la réflexion naît un savoir vivre ensemble. »
— Jean-Marc Drouin, philosophe et historien des sciences

« Ce film est riche en témoignages, paroles de vérité, de ceux qui sont touchés par ce qui rend leur vie « particulière ». Un film, plein d’analyse fine, de sensibilité, teintée parfois d’un peu d’humour. Un film qui démontre subtilement comment combattre l’exclusion. Un film tout simplement humain. »
— Christiane Martel, présidente honoraire UNA

« Le réalisateur nous emmène dans un tour de France à la rencontre de visages multiples : enfants, adultes, couples, parents, promeneurs…chacun d’eux vit la différence dans le regard des autres ! Et pourtant chacun d’eux participe à la richesse de notre société »
— Martine Carrillon-Couvreur, présidente du CNCPH

Chiffres et dates clefs…

  • Le scénario a été écrit par Pascal Jacob de mars 2013 à octobre 2013
  • Le tournage s’est déroulé de novembre 2013 à avril 2014
  • 68 jours de tournage, plus de 80 lieux de prises de vue
  • Ce travail a donné environ 200 heures de rushs, qui ont été au fur et à mesure « dérushées » entre décembre 2013 et mai 2014.

Avec le soutien de

Logo Klésia Logo OCIRP Logo EDF Logo FEGAPEI

Equipe du film

Pascal Jacob / Auteur-réalisateur
Adrien Jousserandot / Auteur-réalisateur
Nelson Castro / Auteur-réalisateur, caméraman et monteur
Sébastien Courivaud / Photographe

Maxime Casabianca / Monteur
Nathalie Schmitt / Chargée de production
Mathilde Fraudet / Secrétaire de production

Achat en ligne

Commandez les films et les livres produits par Handidactique Commander
Découvrez le questionnaire Handifaction !

Logo Handifaction

Avec la charte Romain Jacob, nous avons proposé plusieurs mesures pour améliorer le parcours de soin des personnes vivant avec un handicap, pour lesquelles nous avons reçu le soutien de plusieurs centaines d'associations et de structures de soin partout en France.

C'est pour poursuivre ce projet que nous avons conçu le questionnaire Handifaction, qui donne la parole aux personnes vivant avec un handicap elles-mêmes, et nous permet de suivre l'application de ses mesures et leurs conséquences sur le parcours de soin.

Téléphone avec l'application Handifaction

Le questionnaire Handifaction est accessible via sa propre application mobile, disponible pour smartphones iPhone et Android !

Entièrement gratuite, elle vous permet de répondre au questionnaire, où que vous soyez, à l'aide d'un simple accès à internet, via un réseau WiFi ou 3G/4G.

Télécharger l'application via l'App Store   Télécharger l'application via le Google Play Store